Devenir Maître de Stage

Devenir Maître de Stage

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Dans le contexte actuel de réouverture du nombre de postes en Première année de médecine et de promotion de la médecine ambulatoire, d’une possible 4ème année de médecine générale à terme, le nombre d’étudiants en médecine général est appelé à fortement augmenter. Les besoins de formations aussi !

Notre formation se tournant de plus en plus vers l’ambulatoire, il est important d’avoir des médecins motivés pour nous former à l’art de la médecine générale.

Enfin le monde ambulatoire est vaste et bien flou lors de notre entrée dans l’internat. Nous accueillir permet de démystifier cette pratique auprès de vos futurs confrères.

  • Prenez une bonne résolution, adoptez un interne !
  • Prendre un interne c’est transmettre son expérience tout en s’enrichissant !
  • Prendre un Interne c’est aussi augmenter ses chances d’avoir un remplaçant dans les prochaines années pendant ses vacances !

MSU KESAKO ?

Un MSU est un Maître de Stage Universitaire.

Concrètement, c’est un médecin qui accueille un étudiant en médecine (externe ou interne) et qui le forme à sa pratique ambulatoire quotidienne. Difficile pour nous, internes, de deviner les spécificités de la médecine générale quand nous avons passé près de 6 ans en stages Hospitalier.

Le MSU a donc un rôle de compagnonnage auprès de l’étudiant.

Chaque terrain de stage comprend 2 ou 3 MSU, chez chacun desquels l’interne passe 1 à 2 jours par semaine.

Quels types de stage peut superviser un MSU ?

Le stage dit « de niveau 1 » ou « UPL »

C’est un des stages obligatoires dans la maquette de l’internat de médecine générale. L’interne est présent un à deux jours par semaine chez chaque MSU de son binôme/trinôme.

Il est classiquement décrit 3 phases :

  • Observation active : L’interne observe la méthode de travail de son MSU. Il appréhende les différents types de consultation, le logiciel informatique, l’organisation du cabinet.
  • Supervision directe : L’interne mène la consultation en présence du MSU qui observe sa façon de travailler puis lui transmet ses remarques pédagogiques.
  • Supervision indirecte : L’interne mène la consultation seul. Le MSU reste disponible à tout moment au cas où l’interne serait en difficulté durant son entretien et vient valider à la fin de la consultation.

A l’issue de ce stage, s’il est validé, l’interne peut demander une licence de remplacement au conseil de l’ordre.

Le stage dit « de niveau 2 » ou « SASPAS »

Le SASPAS est un Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée. C’est le deuxième stage en ambulatoire pour les internes de médecine générale.

Ce stage est pour l’instant facultatif dans le cursus de médecine générale et ne concerne que la moitié de chaque promotion d’internes. Cependant à Grenoble nous avons la particularité d’avoir suffisamment de terrains de stages pour permettre le SASPAS à tous les internes. Il est donc devenu obligatoire dans le règlement des études.

L’interne est en autonomie supervisée, c’est à dire qu’il consulte seul mais qu’il doit pouvoir joindre son MSU en cas de difficulté. Il s’agit d’un stage professionnalisant, pas d’un remplacement.

Le nombre de consultation réalisée par l’interne est légalement limité à 20/jour. La durée de consultation est le plus souvent de 30 minutes pour permettre à l’interne de ne pas travailler dans la précipitation.
Dans la journée le MSU doit débriefer avec l’interne dans le cadre de la supervision indirecte.
L’interne n’a pas le droit de remplacer son MSU pendant ses vacances.

Initiation à la médecine générale

Depuis quelques années, le passage des externes en médecine ambulatoire chez le médecin généraliste est obligatoire, et ce dans un souci de découverte de la médecine générale. Il est effectivement important pour la médecine générale de se faire connaitre dès le début de la formation médicale afin d’être attractive.

Vous pouvez donc accueillir un étudiant en médecine plus jeune durant son externat (de la 3ème année : DFGSM3 ex-D1, à la 6ème année DFASM 3 ex-D4).

Pôle Femme Enfant en Ambulatoire

Les PFEA (Pôle Femme Enfant en Ambulatoire) sont des stages en ambulatoires, chez des médecins généralistes ayant une forte activité orientée vers le suivi de la femme et de l’enfant.

En fait, il s’agit d’un « stage niveau 1 », orienté vers la femme et l’enfant. Les internes choisissant ces stages peuvent ainsi valider un autre stage obligatoire de la maquette du DES de médecine générale (Pôle Mère Enfant), sans passer nécessairement par l’hôpital.

L’organisation et le déroulement du stage sont les même que pour le stage praticien de niveau 1.

Les questions

Avoir un étudiant, c’est une sorte de jugement de ma pratique ?

NON : le but n’est pas de critiquer la pratique du maître de stage mais au contraire d’apprendre à ses côtés la réalité du terrain. Les connaissances théoriques de l’interne peuvent être plus récentes mais l’expérience d’un confrère est indispensable à leur mise en pratique ! C’est l’occasion d’échanger, de re-dynamiser son activité.

Est-ce difficile à faire admettre à la patientèle ?

NON : il suffit d’indiquer aux patients le jour où les consultations se déroulent en présence de l’interne. Cette situation est généralement bien accueillie de la part des patients, qui comprennent bien la nécessité de former les futurs médecins. Les patients ont toujours le droit de refuser la présence de l’interne. Cela reste toutefois plutôt anecdotique.

Dans un emploi du temps très chargé, un interne ça fait trop ?

OUI et NON : l’interne est là pour apprendre et il est nécessaire de discuter des consultations avec lui (avant, pendant ou après) et cela entraîne inévitablement un allongement du temps alloué à chaque patient.
Cela dit, être deux permet parfois aussi de gagner du temps en se répartissant le travail d’une consultation à deux.
Enfin, en avançant dans le stage, l’interne devient autonome et peut consulter seul. Pendant ce temps le MSU peut rattraper du retard dans les courriers ou sa comptabilité.
Une indemnisation de 200 € par mois environ est allouée au maître de stage pour compenser une éventuelle perte d’activité.

Etre MSU ça s’improvise ?

NON : Une formation est indispensable. (Voir onglet Comment devenir MSU)

Comment devenir MSU

  • Répondre aux critères suivants de la WONCA* (World organization of national colleges, academies and academics associations of general practionners and family physicians)
  • Etre médecin généraliste libéral installé depuis 3 ans au moins ou 1 an pour l’accueil des externes, ou en collaboration.
  • Ne pas exercer une médecine à exercice particulier exclusive (homéopathie, ostéopathie, mésothérapie, acupuncture…).
  • Demander son agrément à devenir enseignant clinicien ambulatoire MSU : pour cela, rédiger une demande motivée sur une ordonnance avec numéro d’inscription à l’ordre, à envoyer au Coordonnateur du Département de Médecine Générale de Grenoble ET au Doyen de médecine de la faculté dont dépend votre localisation géographique d’exercice.
  • Cette demande d’agrément est soumise au conseil de l’ordre départemental qui confirme l’absence d’obstacle à l’exercice de la médecine générale.
  • Se former à la pédagogie en suivant le cursus de maîtrise de stage, au moins le premier programme DPC pour débuter :
    • S1 Initiation à la maîtrise de stage
    • S2 encadrement des externes en MG
    • S3 Supervision directe en maîtrise de stage
    • S4 Supervision indirecte en maîtrise de stage
    • S5 Formation à l’accueil d’interne en SASPAS (stage ambulatoire en soins primaires en autonomie supervisée)
    • Puis certification, tutorat…

Calendrier des formations sur www.cnge.fr onglet formation

  • Accepter et signer la charte des enseignants de la faculté de Grenoble, accepter le principe d’une évaluation et d’une formation régulière, être informatisé.
  • Après avis favorable du coordonnateur de médecine générale et selon les critères de formation demandés, la demande d’agrément est soumise à la validation en commission d’agrément régionale, l’agrément est ainsi acquis pour 5 ans ou pour 1 an, si des réserves sont émises.
  • Participer à la vie de l’association locale et nationale des enseignants cliniciens ambulatoires maîtres de stage des universités et aux actions du département de médecine générale.

POUR LES MEDECINS SALARIES ; ces derniers peuvent accueillir des internes et des externes de médecine générale dans le cadre de stages ambulatoires, ou de gynéco pédiatrie ou dans le cadre de certains stages en autonomie SASPAS. Contactez le coordonnateur du diplôme d’études spécialisées de la Faculté de Grenoble pour réaliser la procédure d’agrément. Des formations dédiées sur le temps de travail sont programmées. www.cnge.fr onglet formation, médecins salariés